DAGUERRÉOTYPE


DAGUERRÉOTYPE
DAGUERRÉOTYPE

DAGUERRÉOTYPE

On désigne par daguerréotype le procédé photographique mis au point en 1839 par J. L. M. Daguerre à partir de la découverte de l’héliographie par Nicéphore Niepce. Mais, alors que le procédé de Niepce restait peu performant (lenteur et complexité des différentes opérations, faible sensibilité de la substance sensible: le bitume de Judée, etc.), Daguerre réalise le premier procédé photographique suffisamment élaboré et fiable pour être commercialisé.

Convaincu de l’intérêt de cette invention pour la nation tout entière, le député François Arago présente en 1839 le daguerréotype devant la Chambre des représentants et parvient, dans un discours resté célèbre, à convaincre ses pairs de la nécessité de faire acheter par la France le daguerréotype à son inventeur, afin d’en «doter libéralement le monde entier».

Le daguerréotype tombe ainsi dans le domaine public. Le succès est immédiat. En 1841 sont vendus à Paris plus de deux mille appareils et un demi-million de plaques. C’est le début de ce que les caricaturistes ont appelé la «daguerréotypomanie». Mais les difficultés de manipulation conduisent Daguerre à organiser des séances de démonstration et, surtout, à publier un manuel, le premier du genre, paradoxalement intitulé Historique et description du daguerréotype et du diorama . L’ouvrage ne connaîtra pas moins de huit traductions et trente-neuf éditions en dix-huit mois.

Les premiers spectateurs des daguerréotypes s’émerveillaient de la grande précision et de la prodigieuse netteté de l’image. En effet, le daguerréotype est réalisé sur une plaque de cuivre, couverte d’argent plaqué. Ce support lustré présente une image sans grain, aux tonalités argentées, fines et nuancées. Inversée comme dans un miroir (défaut rapidement corrigé par l’adjonction d’un prisme), elle ne peut être regardée que sous un certain angle, à cause du reflet métallique qui en perturbe la vision. D’une extrême fragilité (Arago le compare aux ailes d’un papillon), le daguerréotype doit être encadré et mis sous verre pour être mieux protégé. Mais sa caractéristique essentielle — qui deviendra vite un inconvénient et justifiera son abandon — est son unicité, puisque l’épreuve positive est obtenue par noircissement direct, sans passer par un négatif.

Ces qualités intrinsèques expliquent pourquoi le daguerréotype fut reçu comme un prolongement de la peinture. «De ce jour, la peinture est morte», s’exclame le peintre d’histoire Paul Delaroche à l’annonce de la découverte. Cette réaction prouve combien le daguerréotype, par son puissant réalisme, répond parfaitement aux canons esthétiques en vigueur dans la peinture académique. La transition sera donc aisée dans ces domaines particuliers que sont le dessin documentaire et surtout le portrait miniature, deux genres qui s’effaceront rapidement au profit de la nouvelle image, dont ce seront les deux principaux champs d’application.

Les premiers essais de portrait sont peu satisfaisants. La pose trop longue que l’on exige du modèle, maintenu immobile à grand renfort d’appuie-tête et autres accessoires, tient presque de la torture et contribue à lui donner une tête de supplicié aux yeux privés de vie (à cause du battement des paupières). Mais très vite des améliorations notables sont apportées au procédé initial. Le Viennois Josef Max Petzval met au point un objectif à quatre lentilles, seize fois plus lumineux que le ménisque utilisé par Daguerre.

Antoine Claudet, daguerréotypiste français ayant acheté à Daguerre une licence pour travailler à Londres, expose la plaque aux vapeurs de chlore, ce qui lui permet de tirer un portrait en une minute. Avec cinq à six clients par jour, Claudet réalise plus de mille huit cents clichés en un an. Son concurrent, Richard Beard, premier daguerréotypiste à avoir ouvert un atelier à Londres en 1841, rachète l’exclusivité des droits pour l’Angleterre et intente un procès à Claudet pour usage illicite du daguerréotype, procès que Claudet perdra cinq ans plus tard.

Mais c’est aux États-Unis que le daguerréotype connaît la plus vaste diffusion, grâce à la clairvoyance du peintre Samuel Morse, inventeur du télégraphe et premier Américain à se servir de l’invention de Daguerre. C’est dans son atelier de New York que se formèrent les grands portraitistes américains Edward Anthony, Mathew Brady ou Albert Sands Southworth. Dans son atelier de Boston, ce dernier réalisa, grâce à une parfaite maîtrise technique, des portraits puissants et majestueux, reflétant l’idéal humain de l’Amérique conquérante.

Le second champ d’application du daguerréotype est l’exploration du monde. De 1841 à 1844, Joseph-Philibert Girault de Prangey photographie l’architecture arabe du Proche-Orient et les monuments d’Égypte. De son périple en Chine, Jules Itier rapporte environ un millier de plaques. En raison de l’unicité des images, l’exploitation commerciale de ces prises de vue passe par la gravure. En 1844, l’éditeur français Lerebours publie les Excursions daguerriennes , ouvrage comprenant cent douze aquatintes tirées d’après des daguerréotypes dont les plaques originales ont été mordues à l’eau-forte. Certains graveurs n’ont pas hésité à rajouter aux vues originales les personnages vivants dont le daguerréotype n’avait pu conserver la trace. Ainsi disparaissait la qualité spécifique de l’image photographique: son automatisme. L’envoi — très onéreux — de daguerréotypistes de par le monde ne se justifiait plus. C’est alors que se perçoivent les limites du daguerréotype et les raisons de son abandon, vers 1855, au profit du procédé sur verre qui allie l’exigence de précision à celle de la reproductibilité.

daguerréotype [ dagereɔtip ] n. m.
• 1838; de Daguerre, nom de l'inventeur, et -type
Procédé primitif de la photographie, par lequel l'image de l'objet était fixée sur une plaque métallique. « C'est à Paris que le daguerréotype a pris naissance » (P. de Kock). L'instrument employé pour obtenir cette image.
L'image. Collection de daguerréotypes.

daguerréotype nom masculin (de Daguerre, nom propre) Dispositif enregistrant une image sur une plaque d'argent iodurée. Image ainsi obtenue.

daguerréotype
n. m.
d1./d Appareil photographique inventé par Daguerre, permettant de fixer une image sur une plaque de cuivre argenté.
d2./d Image ainsi obtenue.

⇒DAGUERRÉOTYPE, subst. masc.
A.— ,,Procédé inventé de 1813 à 1829, par Niepce et Daguerre, à l'aide duquel on fixait les images de la chambre noire sur des plaques d'argent sensibilisées à la vapeur de l'iode`` (ADELINE, Lex. termes art, 1884). Procédé du daguerréotype (PRINET, Phot., 1945, p. 11). Le réalisme naît et éclate alors que le daguerréotype et la photographie démontrent combien l'art diffère du vrai (GONCOURT, Journal, 1956, p. 286).
B.— P. méton.
1. Appareil permettant d'utiliser ce procédé. Un portrait au daguerréotype (MURGER, Scène vie jeun., 1851, p. 184) :
1. ... le daguerréotype, instrument de patience qui s'adresse aux esprits fatigués, et qui, détruisant les illusions, oppose à chaque figure le miroir de la vérité.
NERVAL, Bohême galante, 1853, p. 138.
Rem. Attesté ds les dict. gén. à partir de BESCH. 1845.
2. Image obtenue par ce procédé. Un beau daguerréotype. À droite, la commode d'acajou (...) au-dessus, un daguerréotype de madame Laroque (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 332) :
2. Tu allais jusqu'à montrer le daguerréotype où maman, à quinze ans, porte encore le foulard. Tu avais un couplet sur les vieilles familles paysannes « plus nobles que bien des nobles... »
MAURIAC, Le Nœud de vipères, 1932, p. 63.
Parfois péj. Reproduction (trop) fidèle de la réalité. On ne veut même plus de portraits! Le daguerréotype est une insulte (HUGO, Contempl., t. 3, 1856, p. 160). Le théâtre n'est plus qu'un daguerréotype plus ou moins réussi (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 296). Chaque propriétaire d'âmes est un original dont M. Gogol (...) nous donne un daguerréotype fidèle (MÉRIMÉE, Ét. litt. russe, t. 2, 1870, p. 14).
Prononc. et Orth. :[]. Transcrit avec [e] fermé à la 2e syll. (à cause des voyelles fermées des syll. suiv.) ds FÉL. 1851 et LITTRÉ. Admis ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1839 (Rapport de M. Arago sur le Daguerréotype, Paris, Bachelier,) cf. aussi daguerrotype (1839, MICHELET, Journal, p. 311). Composé du nom de Daguerre (1787-1851) inventeur de ce procédé de reproduction avec Niepce de St-Victor et de l'élément suff. -type. Fréq. abs. littér. :48. Bbg. QUEM. /e s. t. 3 1972. — WEIL (A.). En Marge d'un nouv. dict. R. de Philol. fr. 1932, t. 45, p. 16.

daguerréotype [dageʀeɔtip; dagɛʀeɔtip] n. m.
ÉTYM. 1838; de Daguerre, nom de l'inventeur, et -type.
Procédé primitif de la photographie, par lequel l'image de l'objet était fixée sur une plaque métallique. Photographie. || « Le charme cruel et surprenant du daguerréotype » (Baudelaire).
1 C'est à Paris que le daguerréotype a pris naissance (…) et si maintenant son succès est devenu européen, l'admirable invention de Daguerre ne cesse pas pour cela d'être cultivée à Paris.
Ch. Paul de Kock, la Grande Ville, t. I, p. 193.
2 Or, ce changement du rapport de l'homme avec la terre, que nous entrevoyons, sera aussi éclatant dans un siècle, que l'est pour nous le passage du daguerréotype au cinéma.
Malraux, l'Homme précaire et la Littérature, p. 214-215.
Par métonymie. L'instrument employé pour obtenir cette image. || Restaurer un daguerréotype.Atelier de daguerréotypie.
3 Au rez-de-chaussée, le café-billard; au premier, la salle de danse; au second, la salle d'escrime et de boxe; au troisième le daguerréotype, instrument de patience qui s'adresse aux esprits fatigués, et qui, détruisant les illusions, oppose à chaque figure le miroir de la vérité.
Nerval, les Nuits d'octobre, « Pantin », Pl., p. 109.
Plus cour. Image obtenue par daguerréotype. || Collection de daguerréotypes.
4 (…) une belle commode à dessus de marbre portait sa pendule sous globe de verre, deux chandeliers en cuivre, une boîte incrustée de coquillages, des daguerréotypes très orgueilleux, notamment celui d'un vieil homme en militaire avec dolman à brandebourgs, poing sur la hanche et moustaches en cornes de taureau (…)
J. Giono, le Hussard sur le toit, p. 108.
5 Nicéphore Niepce engloutit sa fortune pour inventer le moteur à combustion interne et, sur ses vieux jours, s'amuse à fixer à l'aide d'essence de lavande les images dessinées par le soleil sur un écran imprégné de bitume de Judée. Après sa mort, son associé Daguerre perfectionne le truc par une plaque de métal couverte d'iodure d'argent, que l'on développe en l'exposant à des vapeurs de mercure. En 1839, il expose ses premiers daguerréotypes : une galerie du Louvre, les ponts de la Seine… Niepce ne sera pas le père du moteur à combustion interne, il sera le grand-père de la photographie.
Jean Duché, Histoire du monde, IV, p. 32.
DÉR. Daguerréotyper, daguerréotypie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Daguerreotype — Daguerréotype Cet article fait partie de la série Photographie …   Wikipédia en Français

  • Daguerreotype — Da*guerre o*type (d[.a]*g[e^]r [ o]*t[imac]p), v. t. [imp. & p. p. {Daguerreotyped} ( t[imac]pt); p. pr. & vb. n. {Daguerreotyping} ( t[imac] p[i^]ng).] 1. To produce or represent by the daguerreotype process, as a picture. [1913 Webster] 2. To… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • daguerréotypé — daguerréotypé, ée (da ghé ré o ti pé, pée) part. passé. Reproduit par le daguerréotype …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • daguerreotype — 1839, from Fr. daguerreotype, coined from name of inventor, Louis Daguerre (1789 1851) + type (see TYPE (Cf. type)) …   Etymology dictionary

  • Daguerreotype — Da*guerre o*type (d[.a]*g[e^]r [ o]*t[imac]p), n. [From Daguerre the inventor + type.] 1. An early variety of photograph, produced on a silver plate, or copper plate covered with silver, and rendered sensitive by the action of iodine, or iodine… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • daguerréotype — DAGUERRÉOTYPE: Remplacera la peinture (voir photographie) …   Dictionnaire des idées reçues

  • daguerreotype — (also daguerrotype) ► NOUN ▪ a photograph taken by an early process using an iodine sensitized silver coated copper plate and mercury vapour. ORIGIN French, named after L. J. M. Daguerre (1789 1851), its French inventor …   English terms dictionary

  • daguerreotype — ☆ daguerreotype [də ger′ō tīp΄, də ger′ē ōtīp΄ ] n. [after Louis J. M. Daguerre (1789 1851), Fr painter who developed the method] 1. a photograph made by an early method on a plate of chemically treated metal 2. this method vt. daguerreotyped,… …   English World dictionary

  • Daguerreotype — 1840 1841 Camerae obscurae and plates for Daguerreotype called Grand Photographe produced by Charles Chevalier (Musée des Arts et Métiers) …   Wikipedia

  • Daguerréotype — Le daguerréotype est un procédé photographique mis au point par Louis Daguerre. Il produit une image sans négatif sur une surface en argent, polie comme un miroir, exposée directement à la lumière. Sommaire 1 Histoire 2 Les ateliers de… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.